Passer au contenu

/ Institut Philosophie Citoyenneté Jeunesse

Je donne

Rechercher

 

 

Que se passe-t-il lorsque des jeunes brillant.e.s explorent les QuêtesPhilo ? Nous recevons des projets magnifiquement réfléchis et créatifs, en guise de cartes postales rapportant leurs prodigieuses aventures ! Dans cet album souvenir, tu découvriras les expéditions de philocréation de quelques Philoquêteur.e.s, âgé.e.s de six à dix-huit ans. Dessin, poésie, bande dessinée, histoire, et bien plus encore : ces projets montrent comment la philosophie peut nous mener à la rencontre des concepts qui nous tiennent le plus à cœur, à travers des moments de difficulté comme de grande solidarité. Bonne découverte !

RÉFLEXIONS. « La personne qui regarde à l'horizon est seule et n'a personne pour l’aider. Ou peut-être a-t-elle de l'aide ? Toute l’aide pourrait être cachée dans le cercle noir... À moins que, la personne ait obtenu de l'aide ou des conseils avant de commencer à marcher ? Mais même si elle a toute cette aide, est-elle indépendante ? Après tout, elle aurait pu choisir de ne pas suivre les conseils... Au final, personne ne peut être à 100% indépendant.e. » Consulte l'activité !

RÉFLEXIONS. Alice : « Je me suis installée un refuge avec mon hamster Dumpling et un gros panier de collations. J'y ai dormi toute la nuit avec mon petit frère de 4 ans et je l'ai utilisé pour lire mon livre. Comme j'étais bien, je me suis sentie en intimité. » Jules : « J'ai construit une cabane avec ma mère dans mon sous-sol. J'ai passé deux heures tranquille dans mon refuge secret loin de ma grande famille. Je me sens bien seul et ceci m'arrive rarement. » Consulte l'activité !

Mission : Les grimaces craintives

Devrait-on camoufler la crainte ?

Est-il préférable de vivre libre et anxieux plutôt que contraint et serein ?
Devrait-on être au volant ou se laisser conduire par l’engin ?
Trop de choix à faire : mon angoisse entre en éruption,
Mais je me sens vaincu à avancer sans raison.
Hélas, ma pauvre humanité me force à la liberté,
Bien qu’ayant le contrôle de mes pensées,
Je ne peux contrôler ce qui m’entoure.
Je choisis la voie que je souhaite poursuivre,
Au risque de voir mon esprit suffoquer s’il n’arrive pas à suivre.
Être libre, c’est forcément faire des erreurs.
Tu n’aimes peut-être pas ton état actuel, mais n’ai pas peur
C’est d’être unique qui te donne ta grandeur !
Que ta seule limite soit celle de ton esprit —
Et la beauté que tu trouveras te surprendra, c’est promis.

—Alex, dix-huit ans

Consulte l'activité !

RÉFLEXIONS. « Est-ce que la monotonie et la répétition sont des mauvaises choses ? Est-ce que ça peut être bien ? J’y ai réfléchi et pense que c’est vraiment contextuel. En ce moment, je trouve que la vie est vraiment monotone en confinement… Mais je me rappelle de certains moments dans ma vie où est-ce que d’avoir une structure et un rythme sont des choses extrêmement réconfortantes pour moi. Et j’ai pensé à un instant précis, que je pense beaucoup de gens ont vécu, quand par exemple tu pars en voyage pendant trois semaines, un mois, et tu reviens chez toi et tu retrouves ton lit et ta routine. Il y a comme une satisfaction, un sentiment de : « Oh ! Je suis enfin chez moi ! » Ou juste le sentiment de revenir chez tes parents, revoir ta mère, retrouver quelque chose de familier… Je pense que ce sont des moments où la répétition et les choses monotones peuvent en fait être familières et réconfortantes. Donc je ne pense pas qu’avoir une routine et tout c’est nécessairement mauvais. Je connais même des gens qui vivent de la routine, et adore ça ! Et ils sont prêts à surmonter n’importe quoi puisqu’ils ont une routine très fixe. » Consulte l'activité !

Mission : Le rugissement du courage

Est-ce que tout le monde peut être courageux.se ?

Pour avoir du courage, il faut que quelqu’un ait peur de quelque chose en premier. Par exemple : si quelqu’un a peur de rien et il va à la guerre, il n’est pas courageux. Il aime juste jouer avec le feu. Quelqu’un doit être vulnérable pour être courageux. Par exemple : quelqu’un ne vas pas avoir peur de se noyer dans la rue, mais il pourrait dans une piscine. J’explique : si une personne a peur de se noyer pendant qu’il marche dans la rue, il n’est pas courageux, mais si la même personne va dans une piscine, il est courageux. Ça dépend de si on aime remettre les choses en question ou non. Par exemple : moi j’adore remettre les choses en question mais d’autres personnes n’aiment pas ça, comme quelqu’un qui voit la vie en rose qui verserait du pétrole dans sa voiture et qui se poserait la question d’où est venu ce pétrole, commencerait à penser que les américains l’ont volé d’Iraq.

—Kevin, dix ans
Consulte l'activité !

RÉFLEXIONS. « La solitude amène parfois la tristesse, parfois le confort, dépendant de notre pensée. Après s’être chicané avec un ami, la solitude permet de réfléchir et de se calmer en pensant à une solution au problème. Ma machine vise plus les gens qui sont tristes et déprimés. Une personne peut se sentir seule si on ne lui adresse pas la parole pendant, par exemple, une conférence. Elle peut aussi se sentir seule si personne s’intéresse à elle, comme lorsqu’on oublie son anniversaire. Au début, j’avais pensé à un objet pour chaque classe économique. Réalisant que c’était discriminatoire envers les pauvres, j’ai décidé de faire un objet qui conviendrait à tout le monde ! Ma machine répond aux besoins de ceux qui ne veulent plus être seuls, et non de ceux qui ne veulent pas être dérangés. La solitude ne devrait pas disparaître car on s’isole parfois pour calmer sa rage ou sa tristesse — c’est un moment pour être seulement avec soi-même et réfléchir. Pour conclure, mon but est d’aider les personnes qui sont tristes ou déprimées à cause de leur solitude. » Consulte l'activité !

RÉFLEXIONS. « Ma machine anti-solitude ressemble à un mini ordinateur portable rond avec différentes fonctions. Elle peut ouvrir des portails, peut montrer des images holographiques d’animaux vivants et reproduire de bons souvenirs. Son écran est comme un humain — il est intelligent et on se sent moins seul. Ma machine anti-solitude aide à la combattre car elle permet de faire des appels holographiques, de se rencontrer plus rapidement avec quelqu’un grâce au portail et elle permet aussi de toucher un animal vivant. Ma machine élimine la solitude car elle offre une variété d’options qui permettent à la personne de se sentir mieux : des images, des souvenirs et des odeurs agréables. Elle fonctionne bien dans tous les contextes grâce à son antenne universelle très puissante, à son ventilateur et à son réchauffeur. Par contre, je pourrais peut-être modifier sa taille pour qu’elle puisse être transportée dans la poche. J’ai appris que la solitude n’est pas une sensation physique mais un état émotionnel qu’on peut combattre avec des outils. Je ne crois pas que la solitude devrait disparaître, car elle est aussi importante pour l’être humain. En effet, elle est importante pour se calmer, pour réfléchir et pour penser à la créativité. » Consulte l'activité !

RÉFLEXIONS. « Pour moi la beauté c’est plusieurs choses. Ça peut être quelque chose qui fait plaisir à regarder. Ça peut être les émotions que quelqu’un ressent. Ça peut être tout ce qui est infiniment grand ou infiniment petit. Ça peut être de voir quelqu’un se réaliser et être ce qu’il veut être. Ça peut être les concepts qu’on ne peut pas vraiment expliquer comme l’amour ou la vie. Ça peut être beaucoup de choses, mais je crois que ça dépend vraiment de la perspective avec laquelle tu vois le monde. » Consulte l'activité !

RÉFLEXIONS. « Si je vivais dans ce monde, j'essaierais probablement de cacher mon caractère unique à tout le monde. Les gens pourraient se moquer de toi parce qu'ils ont peur de ton caractère unique — tu pourrais donc te sentir exclue et très seule. Il y aurait aussi un manque de liberté : les gens pourraient essayer de te changer et de réprimer ta capacité à exprimer ta véritable personnalité. Mais il pourrait aussi y avoir des aspects positifs : tu pourrais devenir leur leader en offrant au groupe de nouvelles idées et opportunités. Mais je pense que si ce monde existait, notre humanité serait éliminée. Je suis même convaincue que si nous étions tous pareils les uns aux autres, tant que nous serions encore humains, nous trouverions des différences les uns dans les autres. C'est un trait très humain que de toujours chercher les différences. Notre vision serait très limitée et toutes les choses qui nous inspirent pour faire une différence dans ce monde seraient diminuées et nous ne pourrions jamais grandir ou évoluer. » Consulte l'activité !

Mission : Le crime d'être unique

La perfection peut-elle être nuisible ?

Le rêve a déchiré ma vie
Tout ce qui était parfait a volé en éclats
Révélant la vérité
Ce mot : parfait
Que j’ai tant désiré
Une idée faite de fausses vérités et de mensonges réalistes
J’ai tenté d’atteindre ce qui était hors de ma portée
Jusqu’à l’obsession, jusqu’à l’illusion.
Cachée derrière un sourire trompeur
Je me suis agrippée à ce qui m’intégrait
À ce qui me fondait dans la masse
La vérité m’a ouvert les yeux.
Captivée par un nouveau monde, au delà de la perfection
Enfin une lumière nouvelle étale sa connaissance sur ma peau
Et me réveille d’un cauchemar sans fin.
Ce fantasme d’un sans-faute a enfin relâché son emprise
Laissant mes qualités rayonner
L’uniformité à laquelle je m’étais cramponnée s’en est allée
Est devenue souvenir
Alors que je deviens celle que je devais être. 

—Mariah, dix-sept ans

Consulte l'activité !

 

RÉFLEXIONS. « La créativité ne marche pas très bien, elle trébuche beaucoup, et fait donc de l'art accidentel sur ses escaliers en forme de piano ! Eh oui, parce que les escaliers pour entrer dans la maison de la créativité forment un clavier de piano, et chaque marche joue une note ! Dans la maison, il y a une chambre avec un lit double partiellement retourné : la moitié représente la reine de cœur et l'autre moitié le roi de pique. Dans la salle de bain, il y a du papier toilette en bande dessinée. Il y a une pièce remplie de matelas pour sauter partout. Il y a aussi un couloir Laser Quest et un couloir piste de danse. Dans la cuisine, il y a un bouton rouge : lorsque tu appuies dessus, la cuisine t’offre tous les ingrédients que tu désires ! Il y a une salle de cinéma avec un canapé très confortable et une salle à manger bien normale, pour avoir de bons repas. Il y a aussi une salle de réalité virtuelle et une salle de jeux avec une table de billard, et plein d'autres jeux. Il y a aussi un balcon et un grand jardin extérieur. » Consulte l'activité !

RÉFLEXIONS. « C'est un manège complètement fou, amusant et dangereux — tout l'opposé de l'ennui ! Il tourne dans tous les sens, fait plein de boucles et te lance dans le vide. Il tourne et retourne, et va super vite. Il est super excitant et très coloré. L'ennui, c'est quand tu n’as rien à faire et tout ce à quoi tu penses, c'est que tu veux ennuyer ton frère... Alors ce manège te brasse les idées ! » Consulte l'activité !

 


« Je ne pense pas que l'ennui serait un grand manège, ce serait juste un petit toboggan. Si l'ennui était un manège, il serait évidemment très ennuyeux... genre lent et personne ne s’amuserait vraiment. Hmm... Ou peut-être que ce serait un super long manège, genre le plus long manège de tous les temps... Il ferait tout le tour du parc d'attractions, mais la vue serait vraiment nulle, avec juste des murs autour de toi, et il irait vraiment très très très lentement. Et tu dois le faire tout seul. Tout le monde s'endormirait en faisant ce manège parce qu'il n'y a rien à regarder et que ça va tout droit. Et en plus, il y a une très longue file d'attente pour monter sur le manège, parce que ça c'est ennuyant. »
—Aoife, sept ans
 
Consulte l'activité !

 

RÉFLEXIONS. « L'ennui, c'est quand tu en as marre de faire quelque chose et que ton esprit pense qu'il n'y a rien d'autre à faire. Tu te sens un peu fatigué, mais si ta maman te demande de faire quelque chose, tu dis non des fois parce qu'une partie de ton cerveau se sent à l'aise de s'ennuyer, parce que l'ennui est le contraire de la motivation. Si l'ennui avait des habits, il porterait souvent le même type de pyjamas gris, de la marque « Youpi du gris ! ». Si l'ennui était un manège, ce serait un nouveau manège — et pas le seul de ce genre ! Tu peux regarder par la fenêtre et voir des paysages gris. En fait, tu peux les regarder aussi longtemps que tu veux parce que le manège ne va jamais nulle part. Il n'y a que toi, tu as tout le manège pour toi et aucune distraction. » Consulte l'activité !

RÉFLEXIONS. « Nous avons cette théorie du complot selon laquelle chaque fois que nous avons fini de ranger le tiroir et que nous le fermons, les vêtements se battent toute la nuit pour être au dessus afin que nous les portions ! Notre spectacle d’humour s'inspire donc de cette théorie : As-tu déjà remarqué que quand tu ranges ton tiroir et que tu vas te coucher, tes vêtements se désorganisent parce qu'ils se battent pour être les vêtements que tu porteras le lendemain ? Tu t'es déjà demandé à quoi pensent les écureuils de ton jardin quand ils regardent par la fenêtre et qu’ils te voient choisir tes vêtements, ou même prendre ton petit déjeuner ou faire à manger dans ta cuisine ? As-tu déjà remarqué que le temps passe vite quand tu regardes la télévision, et super lentement quand tu fais tes devoirs ? Le quotidien peut être vraiment drôle et bizarre. » Consulte l'activité !

Mission : L'ode à l'ennuyant

Est-ce que l'ennuyant a une valeur secrète ?

Oh l’Ennuyant
Est-ce toi que je vois là ?
Tu es là pour me faire ce câlin indolore
Tes bras si chauds font tomber mes paupières
Tu rends tout si terne
Mais tu me tiens si gentiment
Que je pense pouvoir voir les choses différemment
Et voir ton câlin comme une invitation
Plutôt que comme une malédiction
Serait-ce une exagération de mon imagination ?
Une étincelle surgit en moi
Serait-ce mon amie la Créativité ?
L’Ennuyant ne veut pas que la journée s’achève
Il veut que nous nous amusions
Il veut que notre cerveau entre en vibration ! 

—Sebastian, dix-sept ans

Consulte l'activité !

RÉFLEXIONS. « J'ai fait une entrevue avec mon chapeau... qui s'est porté volontaire pour être un bol de soupe ! Je lui ai demandé s'il était bon dans son nouveau travail, mais en fait pas vraiment... car c'est un chapeau de paille, donc la soupe passe à travers. Ce n'est pas le meilleur chapeau à soupe ! Mais il veut quand même être un bol au lieu d'un chapeau, parce qu'il est plus facile de contenir quelque chose que de protéger la tête des gens... ça fait plus mal ! Quoi qu'être un bol de soupe puisse aussi faire mal, selon la température de la soupe... Voici ce que je lui ai demandé :

Moi : Est-ce que tu aimes ton travail ?
Chapeau : Oui, j'aime bien.
Moi : Tu es bon dans ton travail ?
Chapeau : Je suis un chapeau de paille, donc une partie de la soupe passe à travers, donc je dirais que je suis correct.
Moi : Est-ce que tu as choisi d'être un bol de soupe et si oui, c’est quoi ton salaire ?
Chapeau : Je fais ça bénévolement.
Moi : Quel âge as-tu ?
Chapeau : J'ai 74 ans.
Moi : Est-ce que tu as des loisirs ?
Chapeau : Je pêche.
Moi : Merci d’avoir pris le temps de répondre à mes questions. »

Consulte l'activité !

REFLEXIONS. « L'apathie est l'ennemi juré de l'empathie. Ce ne sont pas vraiment des personnes, mais plutôt des présences qui influencent les gens. Par exemple, un médecin aidé par l'empathie est capable de comprendre ce que ressent un patient, mais avec l'apathie, il ne peut pas se mettre dans sa peau... il ne peut pas comprendre, il ne peut pas s'en soucier. Mais attention ! L'apathie n'est pas nécessairement un personnage négatif. Il est plutôt neutre. Il est un peu du genre « Je m'en fiche... ». Ce n'est pas parce qu'il ne peut pas se mettre à la place des gens que leurs sentiments ne sont pas importants. Il ne fait pas de mauvaises choses, il garde juste ses distances, et c'est important parfois, de garder ses distances, et de ne pas trop s'impliquer. » Consulte l'activité !

 

Mission : La solitude sauvage

Si la solitude avait un répondeur, quel serait son message d'accueil ?
« La solitude est une personne qui aime observer les autres et réfléchir. C'est une introvertie qui a vraiment besoin de temps pour se retrouver seule. Je pense que la solitude serait le genre de créature qui aime simplement observer les gens, pour voir comment ils vivent et pensent. Elle s'assoit devant chez eux et regarde tout le monde vivre sa vie, mais elle n'aime pas parler aux gens. Elle aime réfléchir par elle-même. Son message téléphonique pourrait être quelque chose du genre : « Je vais écouter votre message mais je ne vous rappellerai probablement pas. » Mais ce n'est pas dit de manière négative : la solitude n'aime pas parler aux gens, mais ça lui fera plaisir d’écouter le message. » 

—Esther, douze ans
Consulte l'activité !

RÉFLEXIONS. « Ma machine ressemble à un aspirateur. Elle a un aspireur de bactéries pour qu’il n’y ait plus de maladie. Il y a un souffleur d’ami.e.s pour jouer avec moi. Il y a une pince pour ramasser de l’ADN pour reproduire les animaux et un bouton de protection pour les animaux. Aussi, l’aspirateur est équipé d’une planteuse de fleurs qui soignent les bobos. Il peut se transformer en voiture et en chien-robot, pour voyager et m’accompagner ! » Consulte l'activité !

RÉFLEXIONS. « Voici Grimassou, le super-héros du compost qui se baigne dans la boue et qui mange de mauvais aliments pour aider à composter naturellement ! Est-ce que c’est de l’art ? Non... c’est une idée ! Un peu comme un dessin que j’ai inventé avec le gribouillis, qui m’a donné l’idée de faire une forme de cochon, et qui m’a donné d’autres idées… l’idée apparaît comme une image… de mon imagination au dessin ! Ce n’est pas de l’art parce que ce n’est pas le plus beau dessin et que c’est un n’importe quoi cochon ! Un artiste c’est un homme ou une femme qui fait des tableaux, tout ça, des sortes de dessins, et, qui vont dans un musée de tableaux pour que les gens puissent bien les observer. » Consulte l'activité !

 

Mission : Le CV des erreurs

Est-ce qu'on peut apprendre sans faire d'erreurs?

Premièrement, je pense qu’on apprend de TOUTES les erreurs qu’on fait. On apprend à ne pas refaire les mêmes erreurs. On apprend à choisir une autre voie, une meilleure voie. Je pense qu’on apprend de nos erreurs et que ça nous rend plus forts et que ça nous fait plus réfléchir. Par exemple, si tu gères mal une situation et que tu te rends compte de tes erreurs, tu peux changer ton approche. On fait tous des erreurs et je pense que c’est quelque chose de beau qui nous aide à aller plus loin dans la vie.
  • Je me souviens, il y a pas si longtemps, je voulais m’entraîner pour devenir encore plus en forme, musclée et être à l’aise dans mon corps. Le problème c’est que c’est pas le genre de changement qui apparaît après une seule semaine. J’ai donc abandonné l’entraînement. Et je me suis rendue compte de mon erreur… Abandonner n’est pas la solution. Alors je me suis remise à l’entraînement avec une grande détermination.
  • Une fois, mon amie et moi avons eu une chicane et au lieu d’attendre, de nous calmer et puis d’en parler, on a toutes les deux commencé à se crier dessus et à s’insulter. Après coup, on s’est toutes les deux rendues compte de notre erreur. Depuis, on se calme et on parle calmement pour résoudre nos problèmes.
  • Il y a plusieurs mois, avant la quarantaine, ma mère m’avait suggéré de prendre rendez-vous chez le dentiste pour mes caries. Je lui avais dit que je prenais la responsabilité d’appeler le dentiste pour prendre rendez-vous. A cause de ma paresse, je ne l’ai pas fait. Maintenant qu’on est confinés, je le regrette. Je me rends compte de mon erreur.

—Sixtine, quinze ans 

Consulte l'activité !

RÉFLEXIONS. « Si Résilience avait une chanson qu'elle aimait chanter au karaoké, elle aurait chaud et serait fatiguée d'avoir fait tant d'efforts. Elle pourrait essayer un duo avec le concept de Courage parce qu'elle a besoin de lui pour continuer. Les paroles seraient :

Tu fais une pause et tu continues.
Tu es à l'école et tu n'as pas d'amis.
Tu continues à essayer de trouver des amis.
Continue à essayer
Et j'ai enfin compris.
Le rythme est rapide avec de l'énergie ! »

Consulte l'activité !

Témoignagnes de Philoquêteur.e.s

  • « Je recommande aux gens de faire les QuêtesPhilo pour pouvoir mieux comprendre comment leur cerveau pense et pour explorer vraiment leurs processus mentaux, parce qu’en ces temps de confinement, justement, la seule personne qui va nous tenir compagnie, c’est nous-même. Donc on devrait interagir avec notre cerveau et comprendre un peu comment il fonctionne. » —Annie
  • « Je recommande les QuêtesPhilo parce que ça t’aide à élargir ta perspective. Tu penses à des choses nouvelles et différentes auxquelles tu n'aurais pas pensé auparavant. Donc ça t'ouvre l’esprit, ça t'expose à de nouvelles choses et ça te stimule. On te pose des questions très difficiles qu'on ne t'aurait jamais posées dans une autre situation. C'est tellement unique que tu n’y aurais jamais pensé dans la vie de tous les jours. C’est d’autant plus intéressant. » —Sahana
  • « Et c'est amusant aussi, tu sais ? Tu penses sans aucune contrainte ! Bon... tu as quelques contraintes évidemment, mais c'est vraiment un large éventail, donc c'est très amusant à faire. » —Cohen
  • « Je pense que les QuêtesPhilo c’est un endroit où tu peux t’explorer toi-même et ton imagination — tu peux vraiment explorer de nouvelles choses. Donc l’important, c’est de garder un esprit ouvert et de ne pas trop se faire de souci : il faut simplement s’amuser ! C'est comme un moment de détente pour découvrir de nouvelles choses. Amusez-vous bien ! » —Arabelle
  • « Je recommanderais les QuêtesPhilo parce que c'est... époustouflant ! C’est très intéressant de pouvoir, non seulement mieux se comprendre soi-même, mais aussi le reste des gens et des choses qui nous entourent. » —Mathéo
  • « Les QuêtesPhilo te font réfléchir. On ne s'assoit pas tous les jours au souper pour se demander "Qu'est-ce que la justice ?" ou "Que signifie avoir une voix ?" On ne fait pas ça ! Mais les QuêtesPhilo te font te demander : "Est-ce que j'ai mal perçu cette chose ?" Ça te fait beaucoup réfléchir, et j'aime ça. Et j'ai l'impression que beaucoup de gens ne font pas ça à moins d'avoir une stimulation. Mais une fois qu'on commence, on ne s'arrête pas ! » —Eugenia
  • « Je viens de parcourir l'ensemble du site et je trouve qu'il est vraiment bien expliqué et clair. Les instructions sont vraiment bien faites ! C'est parfait pour nous car ce n'est pas trop difficile mais les activités nous font travailler fort ! Et avec toutes les images et les exemples, c'est vraiment agréable. » —Maxim
  • « Je pense que pendant cette période en particulier, il est vraiment très difficile de trouver des moyens de se divertir tout en gardant son cerveau stimulé. Alors, oui, en regardant le site des QuêtesPhilo, j'ai réalisé que ça faisait un moment que mon cerveau n'était plus capable de penser physiquement à quelque chose. J'ai l'impression qu'il est important de penser, mais pendant cette période d'isolement, c'est vraiment difficile de prendre une pause pour le faire. En ce moment, la philosophie peut vraiment t'aider à garder ton cerveau stimulé et à garder le contact avec toi-même. » —Sitara
  • « Je pense que la philosophie est un bon moyen de garder mon cerveau actif. Elle donne à chaque sujet une signification plus profonde. Parce qu'au début de chaque activité, j'ai généralement une idée assez claire de ce que je pense, mais à la fin, je suis généralement complètement confuse parce qu'il y a tellement d'idées ! C'est toujours très agréable parce qu'après, ça reste dans mon esprit, ça me fait réfléchir, parce que j'essaie d'arriver à une conclusion. » —Esther
  • « On a l'occasion de vraiment penser en dehors des sentiers battus. Avec les jeux-concepts, on devient les concepts d'une certaine manière, et c'est vraiment amusant. À quoi pense ce concept ? Ensuite, on commence à parler et de nouvelles idées surgissent. » —Veronica
  • « Honnêtement, je pense que c'est vraiment intéressant pour les enfants et les adultes car ça nous aide à découvrir de nouvelles choses, à être plus indépendants et créatifs. Je trouve que les activités sont faciles à mettre en place et que nous pouvons même les faire en famille ! Cela nous donne des idées pour inventer nos propres choses aussi, en particulier les activités des Révolution des repas qui apportent de nouvelles saveurs à l'heure du repas ! » —Wender