Passer au contenu

/ Institut Philosophie Citoyenneté Jeunesse

Je donne

Rechercher

L’apathie comme antihéros (Partie 1)

 

Objectif : Planifier la création de la bande dessinée antihéroïque du concept de l’apathie !

Durée : 60 à 90 minutes

Matériel

  • Une feuille de papier ou un carton

  • Crayons, gomme à effacer

Instructions

L’Apathie est un être mou d’une grande indifférence, dont l’incapacité d’agir et de s’émouvoir le place dans des situations plutôt malaisantes, et souvent ennuyantes ! Quelle mésaventure rencontrera-t-il aujourd’hui ?

...

  1. Prépare la feuille. Ta mission sera celle de créer une bande dessinée racontant les mésaventures de l’apathie ! Pour t'aider à avoir plein d'idées et à les organiser, prépare ta feuille en traçant une ligne horizontale pour la séparer en deux rectangles égaux. Dans le rectangle du haut, écris « idées » et dans celui du bas, écris « brouillon ».

  2. Réfléchis à tes premières idées. Fais un remue-méninges dans la partie « idées » de ta feuille en laissant libre cours à ton imagination !

    • Personnage principal : En t’inspirant de la démarche de l’Étirement des idées, définis d’abord ce qu’est l’apathie, puis imagine une créature à l’image de ta définition. Visualise son apparence et son comportement, en pensant aussi à sa personnalité, ses pensées et ses sentiments.

      Astuce : As-tu déjà manqué d’intérêt ou de motivation ? Pour faciliter ta conceptualisation, tu peux penser à tes propres actions, pensées et sentiments lorsque tu te trouves dans cette situation. En exagérant ces caractéristiques, un peu à la manière d’une caricature, tu pourras créer le personnage de l’apathie !

    • Personnages secondaires : Est-ce qu’il y a d’autres personnages dans ton histoire ? En donnant la réplique ou en participant à l’intrigue, les personnages secondaires peuvent t’aider à faire ressortir différentes facettes de l’apathie. Qui aimerais-tu faire interagir avec l’apathie : la créativité, la solitude, la résilience, l’inquiétude...? Pour quelles raisons penses-tu que cette rencontre serait intéressante ?
    • Situation : Que souhaites-tu raconter sur l’apathie : dévoiler ses origines, expliquer pourquoi elle refuse d’agir, explorer les conséquences de son indifférence, prouver son importance... Quel est l’objectif de ton récit ? Où se déroule l’action ? Que se passe-t-il ?
    • Ton : S'agit-il d'une comédie ou d’un suspense ? L’ambiance est-elle sombre ou enjouée ? À toi de choisir le meilleur ton pour transmettre tes idées !
    • Inspiration : Pour t’inspirer et mieux comprendre les codes de la BD, n’hésite pas à consulter le coin philo des magazines Les Débrouillards et Les Explorateurs, ou encore, à feuilleter quelques bandes dessinées si tu en as chez toi. Observe les différents types de bulles de dialogue, les changements dans les tailles de cases, et toutes autres techniques permettant de traduire les actions, les pensées et les sentiments des personnages !
  3. Fais un croquis de tes idées. Maintenant que tu as tout un tas d'idées géniales, le moment est venu de voir à quoi elles ressemblent ! Dans la partie « brouillon » de ta feuille, fais un croquis des différentes cases de ta bande dessinée et ajoute une première ébauche de tes dialogues dans des bulles. Ce n’est pas encore ta création finale, alors ces dessins n'ont pas besoin d’être trop soignés. C’est surtout pour voir si tes idées fonctionnent bien ensemble, si l’histoire est cohérente et si tu as besoin de faire quelques ajustements. Tu verras que tu auras beaucoup de nouvelles idées en commençant à créer.

C'est tout pour le moment ! N'oublie pas que cette activité n'est que la première partie de ton projet créatif ! Tu peux commencer la deuxième partie – la Construction créative – directement après celle-ci ou après avoir fait le Pique-nique philosophique, mais nous te conseillons de prendre au moins une pause. Tu l'as bien mérité !

...

Bonus : Pour inspirer ta réflexion créative, tu peux lire la bande dessinée qui suit, pour ensuite te poser les questions suivantes : Faut-il se soucier… des autres ? ...de l’environnement ? ...de soi-même ? Pour quelles raisons faudrait-il — ou ne faudrait-il pas — s’en inquiéter ? Peut-on avoir trop de soucis ? Peut-être que l'indifférence peut parfois être justifiée... mais l’ennui est-il une forme d’indifférence ? L’indifférence est-elle une conséquence de l’ennui ? Pourquoi ou pourquoi pas ?

Cette bande dessinée est reproduite avec permission des chroniques philo de notre partenaire communautaire, le magazine Les Explorateurs. Elle a été produite en collaboration avec l’équipe de l’Institut Philosophie Citoyenneté Jeunesse.

 

Trucs pour tout-petitsAs-tu déjà vu une bande dessinée en une seule case ? C’est le format que préfèrent beaucoup de bédéistes, notamment ceux.celles qui publient leurs créations dans des journaux. Tu peux aussi l’utiliser ! Une fois que tu as créé le personnage de l’apathie, réfléchis à une pensée qu’il aimerait transmettre à notre monde. Ce pourrait être un conseil pour avoir moins de soucis, ou encore, une blague pour distraire ceux.celles qui font trop attention !
Adaptation pour adosEn littérature comme au cinéma, on fait souvent la distinction entre les héros et les antihéros. Alors que le héros est vertueux, courageux, vénéré, l’antihéros est banal, ordinaire, incompris. Pour toi, qu’est-ce qu’un héros ? Est-ce qu’une personne tout à fait ordinaire peut être héroïque ? Pourquoi ou pourquoi pas ? Pense à des exemples d’actions tout à fait banales qui te paraissent héroïques... L’antihéros est-il un héros dans l’ombre ?

Partage ta réflexion créative en l'envoyant par courriel
Inclus des photos de tes projets et des notes de tes réflexions, ainsi que ton prénom et ton âge !