Passer au contenu

/ Institut Philosophie Citoyenneté Jeunesse

Je donne

Rechercher

Le rugissement du courage

  

Objectif : Réveiller ton énergie créative et réflexive en poussant de courageux rugissements !

Durée : 1 à 15 minutes

Matériel

  • Ton corps et ton esprit
  • De l'espace pour bouger

Instructions

Hercule est un héros de la mythologie grecque reconnu pour sa force et son courage. Parmi ses glorieuses aventures et exploits légendaires, figurent douze travaux redoutables qu’il sut accomplir bien que ceux-ci semblaient insurmontables ! Pour le premier de ses douze travaux, Hercule vainquit le lion de Némée, dont les rugissements terrorisaient les habitant.e.s de la région...

...

  1. Invente le rugissement. Ta mission est d’inventer le rugissement du courage, pour rugir encore plus fort que le terrible lion de Némée ! Réfléchis d’abord à un son qui pourrait représenter le courage. Serait-il apaisant, doux et rassurant... ou assourdissant, strident et effrayant ?
  2. Pousse tes rugissements. Prends ensuite une pose courageuse, remplis tes poumons d’air, puis rugis de toutes tes forces ! Tu peux même ajouter des mouvements pour rugir avec tout ton corps !
  3. Réfléchis à ton expérience. Après avoir fait vibrer tes cordes vocales — et peut-être même toute la maison ! —, tu peux te demander si le courage doit être bruyant... Doit-il se faire entendre pour exister ? Peut-on être courageux.se en silence ? S’exprimer haut et fort et garder le silence peuvent-ils tous deux être des actes courageux ? Pourquoi ou pourquoi pas ?

...

Bonus : Pour le cinquième de ses douze travaux, Hercule nettoya en un seul jour les écuries d’Augias, qui n’avaient encore jamais été nettoyées ! Ta mission cette fois-ci est de nettoyer un endroit de ta maison qui en a grandement besoin… ta chambre ou la salle de bain ? Mais… Les héro.ïne.s courageux.ses font-ils.elles le ménage ? Faut-il être courageux.se pour prendre soin de son environnement ou de celui des autres ? Pense aux membres de ta famille qui s’occupent des tâches ménagères à la maison, aux personnes qui font l’entretien des hôpitaux, aux éboueur.e.s qui ramassent les ordures, aux activistes qui nettoient les océans… sont-ils.elles courageux.ses ? Pourquoi ou pourquoi pas ?

Bonus plus : Achille est un autre héros courageux de la mythologie grecque. À sa naissance, sa mère Thétis le trempa dans les eaux du Styx, réputées pour rendre invulnérable toute partie du corps qu’on y plonge. Cependant, pour le plonger dans le fleuve, elle tint l’enfant par le talon. Son talon devint ainsi le point faible d’Achille. Aujourd’hui encore, l’expression « talon d’Achille » désigne le point faible d’une personne. Selon toi, est-ce que tout le monde a un « talon d’Achille »... même les personnes les plus courageuses ? Devrait-on tenter de n’avoir aucun point faible ? Faut-il être invulnérable pour faire preuve de courage ? Ou peut-être qu’être vulnérable demande du courage...

Trucs pour tout-petits : Hercule n'avait peur de rien ! Il affronta d'épouvantables créatures, comme un serpent marin aux multiples têtes et un horrible géant à trois corps. Pour jouer encore un peu, tu peux toi-même devenir ces monstres en utilisant tes propres vêtements en guise de déguisements. En enfilant plusieurs chandails à manches longues et en laissant sortir toutes les manches par l’encolure, tu te créeras de nombreuses têtes de serpent ! En habillant des coussins et en les attachant à ton propre corps, tu deviendras le monstre à trois corps ! Une fois transformé.e en un monstre terrifiant, tente de faire peur aux habitant.e.s de ta maison... Suite à ces quelques sursauts, demandez-vous ensemble s’il faut n’avoir peur de rien pour être courageux.se. Le courage et la peur sont-ils des adversaires mythiques ou des compagnons d’aventure ?
Adaptation pour ados : Les mythes ne sont pas confinés à la Grèce antique ! C’est du moins ce que dirait Roland Barthes, l’auteur de Mythologies. Pour lui, le mythe est aujourd’hui fabriqué par les médias et la publicité qui relaient des stéréotypes ou des clichés. Le mythe, c’est ce qui se présente comme allant de soi. Ce que l’on ne questionne pas. Il change une réalité socialement construite en vérité éternelle. En ce sens, il véhicule certaines valeurs et idées sans jamais le dire, comme si celles-ci étaient évidentes et vraies pour tout le monde. Barthes observe par exemple qu’on n'offre pas aux enfants des jouets créatifs qui leur permettraient d’imaginer un tout autre monde… Ils reproduisent plutôt le monde des adultes : les soldats de plombs, les petites voitures, les poupées barbies, etc. Ils sont « le catalogue de tout ce dont l'adulte ne s'étonne pas » : la guerre, le pétrole, la beauté, etc. Ainsi, un enfant n’a pas à inventer le monde ni même à le remettre en question, seulement à l'utiliser. Qu'en est-il des adolescent.e.s ? Penses-tu qu'on vous donne les moyens d'imaginer un autre monde, ou vous transmet-on tout simplement les outils nécessaires pour reproduire le monde tel qu'il est ? Les mythes nous dérobent-ils de la possibilité de créer un autre monde ? Hum… peut-être que les mythes rendent le monde plus facile et confortable… faut-il alors du courage pour le remettre en question ?

Partage ta réflexion créative en l'envoyant par courriel
Inclus des photos de tes projets et des notes de tes réflexions, ainsi que ton prénom et ton âge !