Passer au contenu

/ Institut Philosophie Citoyenneté Jeunesse

Je donne

Rechercher

Le mobile de l'espoir (Partie 1)

 

Objectif : Planifier la création d’un mobile constitué de messages d’espoir !

Durée : 60 à 90 minutes

Matériel

  • Feuilles de papier 

  • Crayons, gomme à effacer

Instructions

Les mobiles sont des sculptures composées de tiges desquelles pendent des objets légers, et souvent colorés, qui maintiennent un équilibre délicat en se déplaçant doucement. On les retrouve suspendus au dessus des berceaux des nouveau-nés, ou encore, dans les musées… Ta mission sera celle de créer un mobile dans lequel se réuniront tes espoirs et ceux de tes proches ! 

... 

  1. Pars en quête d’espoirs. La toute première étape de ton projet créatif sera celle de partir à la recherche des espoirs qui composeront ton mobile, en te demandant quels sont tes espoirs et en interrogeant tes proches, en personne ou au téléphone. Hmm… Mais qu’est-ce qu’un espoir ? Pour inspirer tes propres réflexions comme celles des personnes avec qui tu communiques, repense à la définition du concept de l’espoir que tu as offerte pour l'activité de l'Étirement des idées.
  2. Note les espoirs. Pour récolter les espoirs qui animeront ton mobile, demande à toutes les personnes que tu interroges d’écrire une petite note dans laquelle est décrit leur espoir. Pour celles que tu ne peux pas voir en personne, demande-leur de prendre la note en photo et de te l’envoyer pour que tu puisses la transcrire et l’ajouter à ton mobile. Si tu as une imprimante, tu peux aussi l’imprimer ! 
  3. Prépare la feuille de conception. Une fois que ta récolte est terminée, prépare une feuille de conception pour t'aider à avoir plein d'idées et à les organiser, en traçant une ligne horizontale pour la séparer en deux rectangles égaux. Dans le rectangle du haut, écris « idées » et dans celui du bas, écris « brouillon ».
  4. Réfléchis à tes premières idées. Réfléchis à la manière dont tu pourrais arranger les espoirs pour créer un joli mobile, qui représentera l'espoir. Pour chaque note, pense à des couleurs, des dessins ou des objets qui pourraient l’accompagner. Fais un remue-méninges dans la partie « idées » de ta feuille en laissant libre cours à ton imagination !
  5. Dessine tes idées. Maintenant que tu as tout un tas d'idées géniales, le moment est venu de voir à quoi elles ressemblent ! Dans la partie « brouillon » de ta feuille, fais un croquis de ton mobile. Tu pourras ainsi tester tes idées et les changer au besoin avant de tout assembler. Tu verras que tu auras beaucoup de nouvelles idées en commençant à créer !

C'est tout pour le moment ! N'oublie pas que cette activité n'est que la première partie de ton projet créatif ! Tu peux commencer la deuxième partie — la Construction créative — directement après celle-ci ou après avoir fait le Pique-nique philosophique, mais nous te conseillons de prendre au moins une pause. Tu l'as bien mérité !

...

Bonus : Un mobile n’est pas seulement une création suspendue, cela peut aussi être ce qui nous pousse à l’action. Dans les enquêtes policières, les détectives s’interrogent souvent sur le « mobile » d’un crime, c’est à dire sur la raison qui a poussé le.la criminel.le à agir. Mais le fait d’avoir un mobile n’est pas réservé aux personnes qui enfreignent la loi : est-ce que l’espoir lui-même peut être un mobile en nous poussant à agir d’une certaine façon ? On pourrait peut-être dire que grâce à l’espoir, on « se mobilise » en agissant de manière à accomplir quelque chose qu’on espère voir se réaliser. Par exemple, l’espoir de préserver l’environnement peut être le mobile qui pousse un groupe de citoyen.ne.s à se réunir pour dépolluer une forêt. Tu peux donc rajouter des « mobilisations » à ton mobile, c’est-à-dire des actions à accomplir pour faire se réaliser certains des espoirs contenus dans le mobile. Ces mobilisations peuvent être écrites sur des morceaux de papier ou représentées par des objets. Enfin, réfléchis aux questions suivantes : l’espoir est-il nécessaire pour agir ? Ou bien est-ce que tu penses au contraire qu’espérer est trop passif et qu’il vaut mieux agir ? Pourquoi ou pourquoi pas ?

 

Trucs pour tout-petitsAu lieu de demander à tes proches d’écrire des petits mots sur leurs espoirs, dessine avec eux.elles des choses qui donnent de l’espoir. Vous pouvez par exemple dessiner un personnage qui persévère malgré des difficultés, ou un beau lever de soleil pour montrer que même quand ça ne va pas, il y a toujours des choses dont on peut se réjouir. Tu pourras ensuite accrocher ces dessins à ton mobile ! Puis réfléchis à ces quelques questions : qu’est-ce qui nous donne de l’espoir dans les moments difficiles ? Est-ce que c’est vrai que « tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir » ? Pourquoi ou pourquoi pas ?
Adaptation pour adosSelon le philosophe allemand Arthur Schopenhauer, l’espoir est un concept à double tranchant. D’un côté, il peut nous aider à réfléchir et à agir pour accomplir nos objectifs. De plus, en espérant quelque chose de positif, nous avons aussi la possibilité de ressentir un certain plaisir par anticipation (en commençant à imaginer les cadeaux qu’on espère recevoir pour son anniversaire, par exemple). D’un autre côté, l’espoir peut aussi nous faire souffrir : non seulement si ce que nous avions espéré ne se produit pas, mais aussi, selon Schopenhauer, si cet événement espéré se produit mais qu’il nous apporte moins de bonheur que prévu. L’espoir peut donc nous décevoir. Cette déception peut être si cruelle que le philosophe préconise d’abandonner tout espoir et tout désir afin de ne pas s’exposer à cette souffrance. Que penses-tu de tout cela ? L’espoir peut-il nous faire souffrir ? Nos espoirs sont-ils d’une manière ou d’une autre toujours déçus ? Devrait-on abandonner tout espoir pour se protéger ? Pourquoi ou pourquoi pas ?

Partage ta réflexion créative en l'envoyant par courriel
Inclus des photos de tes projets et des notes de tes réflexions, ainsi que ton prénom et ton âge !