Passer au contenu

/ Institut Philosophie Citoyenneté Jeunesse

Je donne

Rechercher

Le plat de la préoccupation

 

Cette activité est inspirée des dialogues Taktikou et Alterlumi de l'approche de la philocréation de notre partenaire communautaire Brila.

...

Objectif : Propulser des représentations alternatives de la préoccupation en l’accompagnant dans son banquet bestial !

Durée : 30 à 60 minutes

Matériel :

  • Ton imagination
  • Feuilles de papier et crayons

Instructions

Préoccupation est accablée par des tourments qui la dominent complètement. Elle n’arrivent plus à agir ni à penser. Le moindre mouvement d’un orteil ou d’une idée la fait sursauter !

Ne pouvant plus supporter le fardeau de ses soucis, elle décide, suite à d’interminables ruminations, d’aller consulter un mystérieux magicien qui pourra la délivrer de ses terribles tracas.

La prescription du magicien est simple. Pour faire disparaître les frayeurs, il suffit de manger quarante cafards bien vivants. Mais Préoccupation n’arrive pas à se défaire de l’image effroyable des petites pattes grouillantes prises entre ses dents ! Manger les cafards ou avoir le cafard, telle est la question !

...

  1. Imagine l'histoire. La préoccupation pourrait réaliser son plus grand rêve : être enfin délivrée de tous ses soucis ! Mais devant le festin fourmillant qui l'attend, elle ne sait pas si elle préfère vivre avec ses tracas plutôt que d’engloutir ce goûter dégoutant...
  2. Recrute de l’aide. La préoccupation ne pourra ni prendre de décision ni accomplir cette épreuve épouvantable sans l’aide d’un autre concept. Qui devrait-elle recruter pour lui venir en aide : la résilience, le risque, l’indifférence ou la prudence ? Choisis le concept qui selon toi pourrait aider la préoccupation à résoudre son dilemme et offre des raisons pour expliquer et justifier ton choix.
  3. Poursuis l’histoire. Pour tester tes idées et envisager les conséquences de ton choix, écris et illustre la suite de l’histoire. La préoccupation trouvera-t-elle la force de surmonter ses malheurs ? Prendra-t-elle le risque de croquer quelques cafards ? Apprendra-t-elle à moins s’en faire ? Trouvera-t-elle du réconfort en agissant avec prudence ?
  4. Rejoins l'histoire. Et toi, que serais-tu prêt.e à faire pour vivre sans tracas ? La tranquillité d’esprit vaut-elle quelques cafards croustillants ? Une vie sans souci, est-elle un vie rêvée ?

...

Bonus : Si tu transformais tes préoccupations en un met monstrueux, quels seraient ses ingrédients ? À la manière d’une recette, fais une liste des choses qui te préoccupent. Voudrais-tu passer ta concoction au robot culinaire pour la réduire en bouillie… ou serait-il préférable de l'apprêter avec douceur et de la servir avec amour ? La préoccupation a-t-elle sa place à la table de la vie ? Pourquoi ou pourquoi pas ?

Bonus plus : Si on oublie de la nourriture au fond d’un garde-manger, elle peut se transformer en moisissure répugnante... Mais avec un peu d’attention, on peut convertir ce processus en fermentation et créer des aliments vraiments appétissants ! Les préoccupations peuvent-elles nous faire moisir de l’intérieur… ou pourraient-elles être la source de développements surprenants ? Pour pousser plus loin ta réflexion créative, dessine le garde-manger du mystérieux magicien dans lequel sont accumulés des bocaux bizarres remplis de préoccupations, moisies ou fermentées, et des marmites bouillonnantes de remèdes fantastiques ! Un de ces remèdes pourrait-il être une potion de la compréhension ?

Trucs pour tout-petitsConnais-tu l’expression « avoir le cafard » ? On dit d’une personne qu’elle « a le cafard » lorsqu’elle a des idées noires qui envahissent ses pensées, comme des cafards qui infestent une maison. Peux-tu nommer des choses qui te préoccupent — qui occupent tes pensées même lorsque tu essaies de te changer les idées ? Et si tu devais transformer ces choses en insectes, de quoi auraient-ils l’air ? Dessine ces bestioles et demande-toi s’il faut toutes les exterminer… ou les apprivoiser !
Adaptation pour adosDans le livre La Métamorphose de Franz Kafka, un homme se réveille un matin « métamorphosé en un monstrueux insecte ». Son refus de se conformer à ce qu’on attend de lui, sa marginalité, se concrétise lorsqu’il se transforme en vermine. Parfois, lorsqu'on est vraiment préoccupé.e, il peut être difficile de fonctionner en société. On peut presque avoir l’impression de s’être transformé.e en bête noire. Doit-on alors vermifuger nos préoccupations ? Faut-il changer pour se conformer… ou est-ce plutôt la société qui devrait se métamorphoser ?

 Partage ta réflexion créative en l'envoyant par courriel
Inclus des photos de tes projets et des notes de tes réflexions, ainsi que ton prénom et ton âge !