Passer au contenu

/ Institut Philosophie Citoyenneté Jeunesse

Je donne

Rechercher

Le trésor résilient (Partie 2)

 

Te voici arrivé.e à la deuxième partie de ton projet de création ! Si tu as déjà fini la première partie – la Conception créative –, tu peux continuer ta quête avec cette activité. Mais si tu n'as pas encore fini la première partie, alors commence par celle-là, puis tu pourras revenir ici.

...

Objectif : Réaliser la création de ton trésor résilient !

Durée : 60 à 90 minutes

Matériel :

  • Feuilles de papier, cartons
  • Crayons de couleur, crayons feutres, gomme à effacer
  • Ciseaux, colle, matériel de bricolage, matériaux recyclés
  • Un objet rejeté

Instructions :

  1. Relis ta feuille. Prends un petit moment pour relire tes idées et revoir le brouillon de ta Conception créative. Ça te rafraîchira la mémoire et ça te donnera peut-être de nouvelles idées avant de te lancer dans la partie finale de ton projet.

  2. Crée ton trésor résilient. Nous y voilà ! Il est temps pour toi de créer pour de bon le trésor résilient que tu as imaginé, avec tout ton talent et ton application… mais, dans l’esprit du Wabi-Sabi, apprécie aussi les imperfections de ta création !

  3. Réfléchis à ton expérience de création. Enfin, après avoir vécu cette expérience créative, tu peux te demander : comment ça s'est passé ? As-tu réussi à réaliser la vision que tu avais au début ?

    • Conception : Ta création représente-t-elle ce qu'est selon toi la résilience ? Comment tes choix créatifs reflètent-ils tes perspectives sur le concept ?
    • Application : Quelles leçons peuvent être tirées de ton interprétation ? Ce qui est rejeté est-il sans valeur ? Pourquoi ou pourquoi pas ?
    • Alternative : Qu’aurais-tu pu changer ? Est-ce qu’il y a des nuances que tu n’as pas incluses ? Imagine que ton trésor est découvert par une autre personne. Penses-tu que celle-ci considérerait ta création à sa juste valeur, comme un précieux trésor ? La valeur doit-elle être reconnue par tout le monde pour exister... ou suffit-il d'une seule personne pour la faire briller ?

    Tu peux noter tes réflexions au verso de ta feuille de conception pour préserver l'évolution de tes pensées.

...

Bonus : Et si pour tester la résilience de ton trésor, tu essayais maintenant de le détruire ! Ah ! Tu n’as pas envie de le détruire ? Et pourtant, cet objet était abandonné, oublié, destiné à la casse ! Qu’est-ce qui a changé ? Quand on travaille vraiment fort sur quelque chose, il peut être bien difficile de s’en séparer par la suite. Mais, pourrait-il parfois être préférable de s’en départir ? Pour tester cette idée, au lieu de détruire ton précieux trésor, prends de jolies photos de ce qui se trouve autour de toi — à la maison ou en promenade. Lorsque tu as plusieurs images que tu aimes particulièrement, supprime-les ! Est-ce difficile d’appuyer sur le bouton rouge ? Comment te sens-tu dans ton corps et à quoi penses-tu avant, pendant et après le moment fatidique ? Comment quelque chose qui n’existait même pas il y a quelques instants peut-il maintenant avoir autant de valeur à tes yeux ? Faudrait-il tenter d’être moins attaché.e ? Pourquoi ou pourquoi pas ?

Trucs pour tout-petits : Pour construire ton trésor résilient, tu peux demander de l’aide d’un.e membre de ta famille. Alors que vous travaillez à mettre en valeur cet objet rejeté, demandez-vous si on peut être résilient.e même si on reçoit de l’aide ? Pour être résilient.e, faut-il faire face aux difficultés tout.e seul.e ? L’entraide peut-elle rendre plus résilient.e ? Pourquoi ou pourquoi pas ?
Adaption pour ados : Faut-il chérir les blessures ? On pourrait dire que les cicatrices que tu portes sur ton corps ou dans ton coeur — tes blessures physiques ou émotionnelles — sont des marques de ton histoire et font de toi qui tu es. Elles sont les preuves que tu as surmonté des difficultés, des trésors de ta résilience. Mais, peut-on vouloir les faire disparaître — si, par exemple, elles nous rappellent une période difficile qu’on préfère oublier ? Peut-on rejeter le passé ? Certaines personnes ont des cicatrices, qui sont le résultat de maladies dévastatrices ou de maltraitance terrible, et choisissent de se faire tatouer pour cacher ces horribles blessures et se réapproprier leur corps, qui n’appartient alors plus aux bêtes qui l’ont mutilé. Si tu devais créer un tatouage pour camoufler une blessure et célébrer qui tu es malgré elle, comment serait-il ? Si tu le souhaites, tu peux dessiner cette oeuvre d’art corporelle sur une feuille de papier — ou sur un objet récupéré.

Partage ta réflexion créative en l'envoyant par courriel
Inclus des photos de tes projets et des notes de tes réflexions, ainsi que ton prénom et ton âge !