Passer au contenu

/ Institut Philosophie Citoyenneté Jeunesse

Je donne

Rechercher

Les histoires de peur

  

Objectif : Faire briller vos points de vue en racontant vos histoires de peur !

Durée : 30 à 60 minutes

Matériel

  • Feuilles de papier
  • Crayons de couleur, crayons feutres, gomme à effacer
  • Ciseaux, colle, matériel de bricolage
  • Matériaux recyclés
  • Guimauves

Instructions :

Quoi de mieux, après une longue journée d’exploration, de création et de découverte, que d’allumer un feu de camp et de s’installer avec ses camarades de quête autour des flammes qui crépitent, pour faire griller quelques guimauves et se raconter des histoires de peur...

...

  1. Prépare le terrain. Tu dois d’abord recréer l’atmosphère accueillante et réconfortante d’un feu de camp... sans feu ni camp ! Avec un peu d’imagination et quelques matériaux recyclés, tu peux créer des flammes en carton, des bûches en bouteille et un ciel étoilé en papier journal. Pour rehausser l’ambiance, tu peux aussi tamiser la lumière et même faire jouer des effets sonores d’une nuit dans les bois — le bourdonnement des grillons, le chant d’un hibou, le crépitement d’un feu. Ajoute à cela quelques couvertures, pour être vraiment confortable, et n’oublie pas les guimauves !
  2. Accueille tes campeurs. Quand tout est prêt et que le moment est opportun, invite les membres de ta famille à venir s’installer autour du feu. Explique à tes proches que vous allez chacun votre tour raconter une histoire de peur… mais attention ! Celles-ci ne sont pas des histoires d’horreur inspirées de légendes urbaines. Elles sont vos propres histoires de peur vécue dans votre propre expérience. Chaque histoire devra raconter un moment où vous avez eu.e vraiment peur...
  3. Racontez vos histoires. Vous pouvez d’abord prendre un instant pour vous plonger dans vos souvenirs. Tentez de vous rappeler tous les détails de l’événement, vos pensées et vos sentiments afin de partager votre expérience le plus justement possible. Lorsqu’une personne est prête à raconter son histoire, elle peut se lancer. Pendant qu’elle partage son récit, écoutez avec attention sans poser de questions. Une fois son histoire terminée, passez la parole à la personne suivante, et ainsi de suite, jusqu’à ce que tout le monde ait raconté son histoire de peur.
  4. Réfléchissez à vos histoires. Ensemble identifiez les ressemblances et les différences entre vos histoires. Qu’est-ce qui a causé la peur et quelles réactions a-t-elle entraînées ? Au besoin, vous pouvez noter vos idées sur une feuille de papier. À partir de vos expériences et de vos réflexions sur celles-ci, tentez de répondre à la question : qu’est-ce que la peur ? Demandez-vous s’il existe différentes catégories de peur et si toutes les peurs sont bonnes… ou si certaines sont mauvaises. Comment faire la distinction ? A-t-on besoin de la peur… ou devrait-on plutôt être sans peur ?

...

Bonus : Certaines personnes adorent les maisons hantées, les films d’horreur ou les montagnes russes… C’est comme si elles aimaient avoir peur ! Alors que d’autres frissonnent rien qu’à l’idée de participer à l’une de ces activités et ne comprennent pas du tout comment la peur peut être amusante... Devrait-on aimer la peur ? Avec ta famille, tentez de répondre aux questions suivantes : des choses terrifiantes peuvent-elles être amusantes ? ...des choses amusantes peuvent-elles devenir terrifiantes ?

Cette bande dessinée est reproduite avec permission des chroniques philo de notre partenaire communautaire, le magazine Les Débrouillards. Elle a été produite en collaboration avec l’équipe de l’Institut Philosophie Citoyenneté Jeunesse.

 

Trucs pour tout-petits : Quelle est ta plus grande peur ? Demande à tes proches de partager leur plus grande peur. Puis, interrogez-vous les un.e.s les autres en vous posant les questions suivantes : D’après toi, est-ce que tu as de bonnes raisons d’avoir peur de cette chose terrifiante ? Quelle est la cause de cette peur ? Est-ce que tu en as déjà fait l’expérience… ou est-ce quelque chose de complètement inconnu ? Peut-on avoir peur de quelque chose de familier... ou d'étranger ? Enfin, demande-toi si même les grandes personnes les plus courageuses peuvent avoir peur...

Adaptation pour ados : Ta famille et toi, vous n’avez pas peur des grandes questions ? Voici donc quelques autres pistes de réflexion sur lesquelles vous aventurer : On pourrait dire que la peur nous protège contre les grands dangers. Mais on peut aussi avoir peur de choses qui ne sont pas dangereuses... La peur nous empêche-t-elle de prendre des risques ? Pouvez-vous penser à un moment où vous n’avez pas fait quelque chose parce que vous aviez peur. Pensez-vous que vous avez manqué une opportunité ? D’un autre côté, on peut aussi avoir peur de manquer quelque chose, comme une fête entre ami.e.s, et d’y participer même si on n’a vraiment pas envie... Les peurs font-elles parties de nous… ou nous empêchent-elles d’être nous-mêmes ?

Partage ta réflexion créative en l'envoyant par courriel
Inclus des photos de tes projets et des notes de tes réflexions, ainsi que ton prénom et ton âge !