Passer au contenu

/ Institut Philosophie Citoyenneté Jeunesse

Je donne

Rechercher

L’inquiétude : à garder ou à éliminer ?

 

Objectif : Nourrir tes réflexions philosophiques sur l'inquiétude avec l’aide de ta famille durant le repas du midi !

Durée : 30 à 75 minutes

Matériel

  • Feuilles de papier et stylo

  • Crayons de couleur et crayons feutres

  • Ta famille

Instructions

Il est le temps de manger ! Rassemble ta famille autour de la table pour un réconfortant dialogue sur l'inquiétude. Explorez les questions suivantes, en vous appuyant sur les pistes de pensée au besoin. Ensemble, pensez à des raisons pour expliquer vos points de vue et essayez de construire une réponse en ralliant vos idées. Mais ne vous inquiétez pas si l'envie de continuer à parler ne s'apaise pas... les pique-niques philosophiques sont bel et bien des quêtes sans faim !

...

  • Question 1 : L’inquiétude peut-elle être une bonne chose ?

    • Pistes de pensée : On ne peut pas franchement dire que l’inquiétude ait la meilleure réputation du monde. À choisir, la plupart d’entre nous préféreraient ne pas passer une journée à se tracasser, s’affoler ou s'en faire… pour finir par ne plus pouvoir trouver le sommeil ! Mais pourrait-on voir l’inquiétude différemment ? L’inquiétude pourrait-elle en fait être quelque chose de… positif ? Avec ta famille, pensez à des situations que vous avez vécues ensemble ou séparément dans lesquelles s’inquiéter s’est en fait avéré très utile — voire bénéfique. Comment le fait de vous inquiéter vous a-t-il aidé ? Quelles conséquences négatives auraient pu avoir lieu si vous ne vous étiez pas inquiété.e.s ? Mais attendez... est-ce que ça veut dire qu’il pourrait y avoir de bonnes sortes d’inquiétude ? Si c’est le cas, pouvez-vous les identifier et leur donner à chacune un nom ainsi qu’un ou deux exemples ? Hmm… peut-être qu’il va falloir mettre à jour ta définition de l’inquiétude… reviens en arrière et relis la définition que tu avais écrite dans ton Étirement des idées, puis compare-la aux réflexions de ta famille !

  • Question 2 : Devrait-on essayer de contrôler notre inquiétude ?

    • Pistes de pensée : Est-ce que vous saviez qu’il existe une philosophie appelée le Stoïcisme qui affirme que l’on ne devrait pas s’inquiéter à propos des choses qu’on ne peut pas contrôler ? Et pourtant… nous sommes si nombreux.ses à paniquer à propos de choses que nous n’avons pas le pouvoir de changer ! Comment peut-on expliquer cela ? Devrait-on essayer de prendre le contrôle de notre inquiétude… ou carrément éviter l’inquiétude en tout temps ? Avec ta famille, essayez d’imaginer quelqu’un qui découvre le secret pour maîtriser totalement ses inquiétudes… quelles pourraient être certaines de ses stratégies ? Imaginez que cette personne donne un cours spécial intitulé « La maîtrise de l’inquiétude ». Quels pourraient-être les trois conseils clés qu’elle donnerait à ses étudiant.e.s ? Imaginez maintenant qu’un.e opposant.e se lève en plein milieu de la présentation du cours pour hurler : « Ouais c’est ça ! C’est impossible de contrôler son inquiétude ! ». Qu’est-ce que vous pourriez dire pour le.la convaincre que c’est bel et bien possible ? Hmm… peut-être qu’on est en train de présupposer qu’un monde sans inquiétude est réalisable...

  • Question 3 : Est-il possible de n’avoir aucune inquiétude ?

    • Pistes de pensée : Avez-vous déjà entendu cette chanson enjouée qui dit « vis ta vie sans aucun souci ! » ? Est-il même possible de suivre ce conseil ? Est-il réaliste de vouloir n’avoir aucune inquiétude ? Essayez d’imaginer une personne qui ne s’inquiète jamais. À quoi pourrait bien ressembler sa vie : serait-elle meilleure que celle d'un humain moyen… ou quelque peu étrange ? Essayez maintenant de voir les choses sous un autre angle en vous demandant s'il est possible de s’inquiéter tout en étant heureux.se. Réfléchissez ensemble à des exemples de situations où s’inquiéter n’empêcherait pas une personne de ressentir de la joie et d’être contente de sa vie. Ces situations ont-elles des choses en commun ? Hmm… peut-être que s’inquiéter n’est pas un aussi gros problème que ce qu’on pensait au début. Mais la question demeure : avons-nous besoin de l'inquiétude ? Essayez de finir la phrase suivante : si l’inquiétude n’existait pas, alors _________.

    ...

Bonus : Certaines cultures ont des rituels spécifiques pour se débarrasser de l’inquiétude. Par exemple, selon une légende Maya du Guatemala, le dieu du soleil a donné à une princesse le pouvoir de résoudre ses problèmes grâce à des petites figurines bien spéciales appelées « poupées d’inquiétude ». Chaque soir avant de se coucher, elle n'avait qu'à chuchoter un souci à chaque poupée puis à les mettre sous son oreiller. Pendant qu'elle dormait, les poupées s'inquiétaient pour elle afin qu'elle puisse se réveiller l'esprit serein ! Maintenant, c'est au tour de ta famille d'imaginer et de créer vos propres poupées d'inquiétude. À quoi devraient-elles ressembler ? Comment pourraient-elles fonctionner ? Si vous deviez les essayer ce soir avant de vous coucher, de quelles inquiétudes voudriez-vous qu'elles vous libèrent pendant que vous dormez à poings fermés ? Suite à votre expérience de création en équipe, posez-vous ces questions : parmi les inquiétudes que vous avez sélectionnées, lesquelles vous concernent tou.te.s et lesquelles ne concernent qu'une partie d'entre vous ? Ressentez-vous les effets de la même façon ? Imaginez maintenant que vous vous réveillez demain avec toutes ces inquiétudes envolées — comment ce serait et pourquoi ?

Trucs pour tout-petitsCe n'est pas parce que nous nous inquiétons que nous savons toujours exactement ce qui nous inquiète ! Pour vous aider à trier vos inquiétudes en famille, tracez un grand cercle sur une feuille de papier, en laissant de l'espace sur les bords, puis tracez un cercle plus petit à l'intérieur du grand. À l'extérieur du grand cercle, écrivez quelques exemples de choses inquiétantes qui pourraient se produire dans le monde, puis, à l’intérieur du plus grand cercle mais à l’extérieur du plus petit, écrivez quelques exemples spécifiques de choses inquiétantes qui pourraient se produire mais qui pourraient aussi vous affecter. Enfin, dans le plus petit cercle intérieur, écrivez quelques exemples de choses inquiétantes que vous pouvez affecter, c'est-à-dire que vous pouvez contrôler ou même changer ! Lorsque vous avez terminé, regardez ce que vous avez créé : vous avez maintenant un diagramme qui montre différents niveaux d'inquiétude, et ce sur quoi il vaut vraiment la peine de s'inquiéter... juste ce petit cercle ! Alors demandez-vous : vous préoccupez-vous parfois de choses qui se trouvent dans le grand cercle ou même dans les bords extérieurs, même si vous ne pouvez pas du tout les contrôler ? Si oui, pourquoi et comment pourriez-vous arrêter de le faire ? 
Adaptation pour ados : Alors que vous préparez le repas ou que vous digérez votre festin de mets délicats et d’idées savoureuses, écoutez l’émission de la baladodiffusion Les jeunes sages portant sur la liberté d'expression. En vous inspirant des réflexions des jeunes philosophes, tentez vous aussi de répondre à la question : A-t-on le droit de dire tout ce qu'on veut ? Êtes-vous en accord ou en désaccord avec les réponses avancées par les participant.e.s ? Pouvez-vous penser à des pistes de réflexions qu'ils.elles n’ont pas abordées ? Peut-être pourriez-vous vous interroger sur le lien entre l'inquiétude et la liberté d'expression... Est-on libre d'exprimer ses inquiétudes ? La liberté d'expression peut-elle être inquiétante ?

Partage ta réflexion créative en l'envoyant par courriel
Inclus des photos de tes projets et des notes de tes réflexions, ainsi que ton prénom et ton âge !