Passer au contenu

/ Institut Philosophie Citoyenneté Jeunesse

Je donne

Rechercher

Les épreuves de la confiance

  

ObjectifFaire briller tes points de vue sur la confiance en la mettant à l’épreuve dans une grande performance !

Durée : 30 à 60 minutes

Matériel

  • De l'espace pour bouger
  • Une famille à toute épreuve !

Instructions :

  1. Prépare la performance. Ta mission est de mener une grande performance artistique pendant laquelle tu inviteras ton public à vivre le concept de la confiance en se confrontant à une série d’épreuves ! Une performance artistique est une oeuvre vivante et spontanée, générée en relation avec l’environnement dans lequel elle se déploie. Ainsi, il te faudra d’abord choisir un lieu et un moment propice à une telle expérience. Selon toi, quelle serait la meilleure ambiance pour vivre la confiance avec ton public ? Faudrait-il un lieu lumineux et accueillant… ou un endroit sombre et effrayant ? Tu peux modifier l'atmosphère d’une pièce en ajustant l’éclairage et en déplaçant certains meubles, mais assure-toi d’avoir assez d’espace pour mettre en mouvement vos corps… comme vos pensées !
  2. Invite ta famille. Lorsque l’ambiance est favorable et que le moment est opportun, invite les membres de ta famille à venir participer à la grande performance de la confiance ! 
  3. Vivez la performance. Présente une à la fois les épreuves suivantes à ta famille, puis prenez le temps qu’il faut pour les accomplir.

    • L’aveugle : Pour cette première épreuve, formez des équipes de deux. Une personne ferme les yeux pour se laisser guider à l’aveugle par une autre. Cette dernière doit faire cheminer la personne aveuglée à travers la maison en la tenant doucement par le bras et en lui indiquant la route à prendre et les obstacles à éviter. Après quelques minutes, échangez les rôles et/ou changez d’équipe.
    • La contorsion : Pour cette deuxième épreuve, formez à nouveau des équipes de deux. Un.e membre de l’équipe place sa main à quelques centimètres du visage de son.sa partenaire. Celui.celle-ci devra garder son visage toujours à la même distance de la main, qui, elle, fera une série de mouvements, en se déplaçant de haut en bas, de droite à gauche, ou en diagonale. La personne qui doit suivre la main fera toutes sortes de contorsions pour garder la même distance entre son visage et la main qui se déplace. La main doit adopter un rythme lent, mais continu, pour conduire la personne en face à prendre toutes sortes de positions… même les plus inconfortables ! Encore une fois, après quelques minutes, échangez les rôles et/ou changez d’équipe.
    • La chute : Pour cette troisième épreuve, toujours en équipes de deux, une personne tourne le dos à une autre. La première devra se laisser tomber en arrière pour être rattrapée par la seconde — aucune des deux ne devant déplacer leurs pieds ! Pour commencer l’épreuve, les deux personnes peuvent se tenir près l’une de l’autre, puis se séparer de plus en plus (en étant toujours capable d’attraper la personne qui chute !). Encore une fois, après quelques minutes, échangez les rôles et/ou changez d’équipe.

  4. Réfléchissez à la performance. En vous inspirant des épreuves que vous venez de vivre ensemble, dites si vous êtes (plus ou moins) en accord ou en désaccord avec les énoncés ci-bas, en offrant toujours des raisons pour justifier et expliquer chacune de vos positions.

    Astuce : Pour ajouter un élément de performance à votre réflexion, créez un spectre allant de « en accord » à « en désaccord » dans la pièce où vous vous trouvez. Une extrémité de la pièce correspondra à « en accord » et l’autre, en face, à « en désaccord ». Placez-vous au centre de la pièce pour commencer et nommez une personne en charge de lire les énoncés, un à la fois. Si vous êtes en accord avec l’énoncé, déplacez-vous vers l’espace correspondant à « en accord ». Plus votre accord est fort, plus vous devrez vous placer proche du mur ! Et si vous êtes en désaccord avec l’énoncé, déplacez-vous vers l’espace correspondant à « en désaccord »... mais n’oubliez pas qu’il existe entre le deux, tout plein de positions nuancées ! Aussi, lorsqu’une personne explique sa position et que son explication vous fait changer d’idée, déplacez-vous à nouveau pour montrer avec votre corps ce changement dans vos pensées !

    Les énoncés :

    • On ne doit jamais faire confiance aveuglément.
    • La confiance nous guide toujours vers le bon chemin.
    • Pour faire confiance, il faut accepter d’être dépendant.
    • La confiance est inconfortable.
    • Faire confiance, c’est un peu comme se jeter dans le vide.
    • On peut apprendre à faire confiance. 

...

Bonus : Pour poursuivre votre réflexion, tentez une dernière épreuve performative : se regarder dans les yeux, en silence, pendant quelques minutes. Cela semble si facile ! Mais… l’est-ce vraiment ? Comment vous sentez-vous pendant ces quelques minutes ? Êtes-vous à l'aise ? Avez-vous de la difficulté à ne pas fuir le regard de l'autre ? On ne regarde pas les gens dans les yeux aussi souvent qu'on pourrait le croire... Des études ont même démontré que plus nous sommes proches d'une personne, moins nous avons de contact visuel avec elle ! Pourtant, se regarder crée des liens instantanés. C'est sans doute pourquoi tant de personnes ont fondu en larmes lorsqu'elles ont regardé l'artiste Marina Abramovi lors de sa performance artistique « The Artist Is Present » (l’artiste est présente), pendant laquelle chaque visiteur.e était invité.e à venir partager une minute de regards silencieux avec l’artiste. Hmm… le regard rend-il vulnérable ? Faut-il avoir confiance pour partager un regard… ou se laisser voir ?

Trucs pour tout-petits : Est-ce qu’un de tes parents t’a déjà dit : « Fais-moi confiance » ?  Si oui, est-ce que c’était pour te rassurer quand tu avais peur de quelque chose… ou pour que tu arrêtes de contester une décision ? Et est-ce que tes parents te font confiance à toi ? Peut-être que ça dépend de quoi on parle : ils.elles te font peut-être confiance pour te brosser les dents, mais peut-être pas pour conduire une voiture ! Demande à tes parents s’ils.elles te font confiance et jusqu’à quel point. Puis réfléchissez ensemble aux questions suivantes : est-ce qu’un parent peut perdre la confiance de ses enfants ? Est-ce qu’un enfant peut perdre la confiance de ses parents ? Est-ce que la confiance est nécessairement mutuelle, c’est-à-dire qu’on peut seulement faire confiance à quelqu’un qui nous fait aussi confiance ? Pourquoi ou pourquoi pas ?

Adaptation pour ados : Est-ce quelqu’un a déjà  « trahi ta confiance » ? Cette expression signifie que quelqu’un a fait quelque chose de suffisamment grave pour perdre la confiance qu’on avait en lui.elle. Pour certaines personnes, c’est le cas quand quelqu’un a agi de manière fondamentalement opposée aux valeurs qu’ils.elles jugent importantes, alors que pour d’autres, une contrariété relativement mineure suffit à faire voler en éclat toute confiance. De plus, certain.e.s sont disposé.e.s à accorder une deuxième chance, alors que pour d’autres, toute trahison est irréparable. Peut-être que ces différences dépendent des expériences passées de chaque personne... Qu’est-ce qui est suffisamment grave pour être considéré comme une trahison selon toi ? Peut-on encore être ami.e avec quelqu’un qui a trahi notre confiance ? Est-il possible de regagner la confiance de quelqu’un après l’avoir perdue ? Pourquoi ou pourquoi pas ? 

Partage ta réflexion créative en l'envoyant par courriel
Inclus des photos de tes projets et des notes de tes réflexions, ainsi que ton prénom et ton âge !