Passer au contenu

/ Institut Philosophie Citoyenneté Jeunesse

Je donne

Rechercher

La vertu de l'impatience

  

Objectif Envisager un tout autre univers afin de révéler les dimensions cachées du concept de l'impatience !

Durée : 30 à 90 minutes

Matériel

  • Feuilles de papier et stylos

  • Crayons de couleurs et feutres

Instructions :

Expérience de pensée : Imagine un monde où... l'impatience est considérée comme la meilleure qualité qui soit ! À quoi ressemblerait ce monde ? Serait-il fantastique ou horrible ? En quoi ce monde serait-il différent du nôtre ? Comment la vie changerait-elle ? Voudrais-tu vivre dans ce monde alternatif ? Pourquoi ou pourquoi pas ?

...

  1. Pense aux effets. En imaginant ce monde, tu peux d’abord ressentir une certaine confusion : comment l'impatience pourrait-elle être considérée comme une bonne chose ? L'ennui ne conduit-il pas souvent à l'impatience ? Pour t’aider à clarifier ton point de vue, réfléchis à une définition rapide de l'impatience : pour toi, s'agit-il du fait d'être facilement agacé ou de déborder d’enthousiasme ? Est-ce plutôt comme si on ne pouvait plus attendre une minute de plus sans s’arracher les cheveux de frustration... ou plutôt comme si on mourrait d'envie d'aller de l'avant ? Il est clair que tes sentiments d'impatience, qu’ils soient positifs ou négatifs, influenceront ta façon de penser à ce monde parallèle ! Quels pourraient être les avantages d'un univers où l'impatience est une vertu... et où la patience est considérée comme un signe de paresse, de démotivation ou de lenteur ? Fais une liste de trois points positifs et de trois points négatifs liés à cette valorisation de l'impatience, et ajoute des raisons pour expliquer tes impressions.

    • Variation : Réfléchis à la façon dont ce monde pourrait affecter la vie dans différents contextes, tels que : les relations, l'école, l'emploi, le gouvernement, l'art, la religion, l'environnement, etc.

  2. Crée un personnage. Pour aller plus loin dans ta réflexion, réfléchis à la façon dont ce monde alternatif pourrait affecter la façon dont différentes personnes sont perçues dans la société. Par exemple, comment percevrait-on un.e scientifique dans sa course effrénée pour faire approuver un vaccin ? Qu’en est-il d'un bébé qui pique une crise de colère ? Ou d’un chien qui cherche désespérément son os ? Que se passerait-il si les personnes les plus impatientes de ce monde imaginaire — c'est-à-dire celles considérées comme les meilleures — se retrouvaient coincées dans une salle d'attente, ou dans un bouchon de circulation, ou en attente pendant un appel, ou encore, dans une maison en feu en espérant que le camion de pompiers arrive ? Qui, selon toi, s'épanouirait le mieux dans un monde où l'impatience est la meilleure qualité à avoir ? Invente un.e personnage magnifiquement impatient.e, et imagine comment ses expressions quotidiennes d'impatience pourraient être perçues comme étant intègres et admirables par toutes celles et ceux qui le.la connaissent. Décris son expérience unique à partir de son point de vue, avec autant de détails que possible !

  3. Représente ce monde. En te basant sur tes réflexions, imagine comment tu pourrais représenter tes impressions de ce monde alternatif — par un dessin, un collage, un diagramme, un poème ou une danse. Ton style peut être réaliste, abstrait, comique, dramatique, etc. Comment ce monde pourrait-il nous aider à mieux comprendre — et même à améliorer — le nôtre ?

...

Bonus : « Sois patient.e ! » La plupart d'entre nous ont entendu cette petite phrase plus d'une fois dans leur vie. Mais si nous vivions dans ce monde alternatif, la consigne serait exactement le contraire : « sois impatient.e ! » Pour t’amuser avec cette expérience de pensée, rappelle-toi de trois fois où on t’a demandé d'être patient.e alors que la réaction inverse aurait pu être bien meilleure. Tu as peut-être perdu ton temps à attendre un.e ami.e en retard... ou tu as persisté dans un projet scolaire qui n'avait aucun sens... ou tu es resté.e les bras croisés à attendre qu'un.e adulte punisse un.e intimidateur.trice. Mets-toi maintenant dans la peau de la personne la plus impatiente de cet univers imaginaire et imagine ses pensées : « pourquoi les choses devraient-elles prendre une éternité quand on peut les faire en un clin d'oeil ? », « tu as supporté cela pendant bien trop longtemps... pourquoi n’as-tu pas réagi ? », « pourquoi se préoccuper du long terme quand on peut obtenir une satisfaction instantanée ? ». Comment cette personne aurait-elle pu gérer tes situations différemment ? Une fois que tu as tes idées, réfléchis à ta vie de manière plus générale : qu'est-ce qui t’a le plus aidé — la patience ou l'impatience ?

Trucs pour tout-petitsPour t’aider à imaginer ce monde loufoque, pourquoi ne pas essayer de ressentir intentionnellement certains des effets les plus ridicules de l'impatience ? Quand tu es agité.e, as-tu parfois envie que les choses aillent plus vite ? Eh bien, imagine toutes ces choses faites en mode « avance rapide » ! Choisis une série d'activités que tu fais régulièrement et pense aux étapes à suivre pour chacune d’elles. Essaie maintenant de faire cette activité étape par étape... mais à une vitesse folle, aussi vite que tu peux ! Qu'est-ce que ça fait de se brosser les dents avec impatience, de faire son lit, de faire ses pas de danse préférés, de lire une bande dessinée, de faire un compliment à chaque membre de sa famille… avec impatience ? Quelles sont les astuces que tu peux inventer pour faire ces choses encore plus vite ? Après avoir terminé, demande-toi si le fait de se dépêcher est un remède à l'impatience... ou si ça crée tout simplement encore plus d'impatience !

Adaptation pour adosLe temps passe vite quand on s'amuse et s'arrête quand on s'ennuie... ou du moins c'est ce qu'on dit. Mais comment est-ce possible ? Certain.e.s scientifiques pensent que c'est dû à des facteurs hormonaux : notre cerveau libère davantage de substances chimiques qui nous font du bien lorsque nous nous amusons pour enregistrer des souvenirs de cette expérience. De plus, si nous avons un objectif, nous percevons le temps qui passe plus rapidement parce que nous sommes tellement absorbés par la tâche nécessaire pour l’atteindre. Mais que se passerait-il si on pouvait bidouiller notre esprit ? Selon la même recherche, le secret pourrait être le « flow » — soit cette sensation de se perdre dans l'instant. Une façon d'y parvenir pourrait être de diviser notre attention émotionnelle entre une activité de type escargot — quelque chose qui peut sembler ennuyeux ou inutile mais qu’on doit faire — et quelque chose de plus fascinant... même si ce n'est que dans notre imagination. Teste cette stratégie en effectuant l'une de tes tâches ménagères quotidiennes tout en te livrant à l'une de ces visualisations : 

  • Imagine la journée parfaite — les activités que tu ferais, qui serait là, et les émotions extraordinaires que tu ressentirais…

  • Planifie tes vacances de rêve — où tu irais et ce que tu ferais dans cet endroit fantastique…

  • Rejoue un regret passé mais avec un résultat positif — comment est-ce que cette deuxième chance te ferait sentir et comment elle altèrerait ton souvenir de l'événement…

  • Imagine un entretien à la télévision de ton futur toi très célèbre — ce que tu as fait pour obtenir une telle reconnaissance mondiale et le genre de questions qu’on te poserait…

  • Envisage le monde sans une forme d’injustice sociale qui te tient à cœur — à quoi ressemblerait la vie sans cette injustice et quel soulagement tu pourrais éprouver face à ce changement tant attendu...

Après avoir terminé, réfléchis à ton expérience : as-tu réussi à faire passer le temps plus vite ? Pourquoi ou pourquoi pas ? Et as-tu quand même réussi à accomplir cette tâche ennuyeuse ?

 

Partage ta réflexion créative en l'envoyant par courriel
Inclus des photos de tes projets et des notes de tes réflexions, ainsi que ton prénom et ton âge !