Passer au contenu

/ Institut Philosophie Citoyenneté Jeunesse

Je donne

Rechercher

La gourmandise sans gaspillage

 

Objectif : Faire éclater tes idées sur le gaspillage sans perdre une miette de ton repas !

Durée : 30 à 75 minutes

Matériel

  • Un repas pas encore préparé

  • Une famille ouverte d’esprit

Instructions

  1. Prépare la révolution. Pour révolutionner votre repas ce soir, propose aux membres de ta famille de manger votre souper… sans rien gaspiller ! Pour cela, il va falloir que tu t’impliques dans la préparation du repas ! Avec la personne qui va cuisiner ce soir, réfléchissez ensemble à un menu qui crée le moins de déchets possibles — qu’il s’agisse de parties des aliments que vous n’utilisez pas dans la préparation ou des emballages de vos provisions !

  2. Mène la révolution. Prépare le repas avec la personne que tu aides en faisant attention à gaspiller le moins possible. En t’aidant d’internet et de ton imagination, pense à comment vous pouvez utiliser les différentes parties des aliments qui sont généralement jetées, réduire les déchets d’emballage que vous produisez et ne rien laisser dans l’assiette après le souper ! Tout au long de cette activité, prenez le temps d’observer les sensations que produit ce gaspillage minimal.

    Astuce : Savais-tu qu’il y a des dizaines de façons de consommer la tige d’un brocoli ou les fanes des carottes, ou encore, de récupérer les épluchures de légumes pour faire un bon bouillon ? Quant aux emballages, avant de les recycler, essayez de les réutiliser : peut-on plier la boîte en carton pour qu’elle serve de dessous de plat ou même d’ardoise sur laquelle est écrit le menu, comme au restaurant ? Pourquoi ne pas utiliser une boîte de conserve nettoyée comme un pot dans lequel mettre les ustensiles ?

  3. Réfléchis à la révolution. Avant de vous lever de table, réfléchissez ensemble à ces quelques questions : était-ce difficile de faire tout un repas en gaspillant le moins possible ? Est-on responsable des ressources que l’on gaspille ? De quelles autres façons est-ce que la créativité pourrait aider votre famille à gaspiller encore moins ?

    ...

Bonus : Pour aller encore plus loin dans cette initiative de réduction du gaspillage, vous pouvez essayer de passer une journée entière en gaspillant le moins possible ! Cela peut être aussi simple que de commencer la journée en mangeant des fruits et en compostant les pelures, d’aller acheter de la nourriture en vrac dans un marché ou une épicerie sans déchet avec des contenants réutilisables, et d’aller faire une activité à pied plutôt que de prendre la voiture. Vous pourrez trouver des centaines d’autres idées en tapant simplement « journée sans déchets » sur un moteur de recherche. À la fin de cette journée économe, réfléchissez ensemble aux questions suivantes : devrait-on se sentir coupable de gaspiller ? La culpabilité peut-elle être utile ? Quels rôles les émotions jouent-elles dans nos décisions éthiques ?

 

Trucs pour tout-petits : Est-ce que tu utilises vraiment tous tes jouets ? Va regarder dans ta chambre ou dans ton coffre à jouets : demande-toi quand était la dernière fois que tu as joué plus de quelques instants avec chaque jouet. Tu trouveras sûrement des jouets peu utilisés. Est-ce que ce sont surtout tes anciens jouets ? Ou est-ce qu’au contraire, tu te rends compte que tu joues surtout avec les mêmes jouets et que tu as tendance à ne pas t’amuser longtemps avec les nouveaux jouets ? Peut-être que tu pourrais envisager de donner ces jouets que tu n’utilises pas beaucoup… Enfin, pose-toi ces questions : t’amuserais-tu beaucoup moins si tu avais moitié moins de jouets ? Peut-on s’amuser avec n’importe quoi si on utilise son imagination ? Est-ce important d’avoir des objets neufs ? Pourquoi ou pourquoi pas ?

Adaptation pour ados : Le gaspillage semble être avant tout une question d'efficacité. Pourtant, le mot « efficace » est ambigu. Prenons un exemple : il est plus rapide de se rendre quelque part en avion qu'en train. D'une certaine manière, l'avion est donc plus efficace que le train. Mais si l'on tient compte non seulement du temps, mais aussi des ressources utilisées — un voyage d'un kilomètre en train produit en moyenne 41 grammes de dioxyde de carbone, alors qu'en avion, cela en produit en moyenne 200 grammes — on arrive à une conclusion différente. Il semble donc important de prendre en compte tous les impacts d’une décision. C’est ce qu’entend faire « l’altruisme efficace », une initiative, notamment portée par le philosophe Peter Singer, qui vise à utiliser efficacement les ressources pour aider le plus de gens possibles sans se soucier du sentiment de gratification pour soi-même qu’aider peut procurer. Donner de l’argent à des associations très efficaces qui s’occupent de causes négligées, ou choisir une carrière moins épanouissante mais qui peut faire une grande différence dans la vie des gens, sont deux exemples d’actions recommandées par l’altruisme efficace. Penses-tu qu’apporter une aide efficace soit plus important que de ressentir le sentiment agréable d’aider ? Devrait-on tout mesurer pour être le plus efficace possible ? L’efficacité peut-elle des fois être dangereuse ?

Partage ta réflexion créative en l'envoyant par courriel
Inclus des photos de tes projets et des notes de tes réflexions, ainsi que ton prénom et ton âge !